Monero est-elle la cryptomonnaie la plus anonyme? │ Plusieurs raisons peuvent pousser à vouloir investir dans une cryptomonnaie plutôt qu’une autre. Qu’il s’agisse d’une optique de rentabilité ou bien de pouvoir effectuer des transactions plus rapidement, les prétextes ne manquent pas. Mais il est une raison particulièrement prisée des acheteurs de cryptomonnaies qu’est l’anonymat des transactions. Une caractéristique dont Monero s’est apparemment fait une spécialité.

De l’importance de l’anonymat chez les cryptomonnaies

Les cryptomonnaies, en premier lieu, ont été créées pour leur anonymat. Et ce, même si ce dernier était effectivement relatif dans la plupart des cas. Opter pour une transaction via cryptomonnaie implique de s’émanciper du contrôle des banques via un système de pair à pair (peer to peer).

Le système des cryptomonnaies est parfaitement décentralisé. Aussi, l’étymologie nous renseigne sur ce qui distingue tant une cryptomonnaie d’une monnaie classique ; à savoir le fait qu’elle soit cryptée.

Monero pour des transactions sécurisées car privées

Quand bon nombre de cryptomonnaies ne sont en réalité que partiellement anonymes puisque le cryptage permet de tracer la provenance comme la destination de l’échange, Monero œuvre pour la parfaite anonymisation des transactions monétaires. Si cette propriété en fait une cryptomonnaie prisée par les milieux criminels, elle est aussi un moyen sûr d’échapper aux restrictions bancaires. Bon nombre de dissidents politiques à travers le monde, frappés par une interdiction du système financier, peuvent ainsi continuer à subsister grâce à l’anonymat.
De plus en plus de commerces acceptent le Monero pour les paiements, contestant ainsi un peu mieux l’emprise du système financier classique sur l’économie.

Monero : cryptomonnaie à l’anonymat optimal

Monero, en l’état, est reconnue par les experts comme la cryptomonnaie la plus anonyme du marché. Son mécanisme de cryptage permet à la fois de dissimuler l’exact montant de la transaction ainsi que la route empruntée par cette dernière. En séparant le montant en une multitude de petites transactions, chacune optant pour une trajectoire d’échange différente de l’autre, Monero peut ainsi dissimuler vos transactions et les rendre anonyme.

Un anonymat optimal mais pas maximal

Si, effectivement, Monero est la meilleure cryptomonnaie qui soit en matière d’anonymat, cela ne signifie pas qu’elle soit absolument infaillible. Le 100 % anonyme, en réalité, dépend principalement des précautions prises par les utilisateurs de cryptomonnaie.

Une enquête scrupuleuse peut permettre d’identifier le porte-feuille utilisateur de Monero pour identifier – ne serait-ce que partiellement – la nature des transactions opérées. Un accès à l’historique d’échange permet en effet de retracer une transaction Monero sans avoir à identifier les flux de transfert. En d’autres mots, surveiller la destination ou le départ d’une transaction de Monero permet d’identifier la transaction sans avoir à la tracer. L’anonymat dépend donc aussi de la protection portée à son compte et son historique de transactions.

Lire aussi : Le plus grand magasin en ligne du darknet n’accepte plus que Monero

De même, l’anonymat de Monero se compromet dès lors où il est question de la convertibilité vers une autre variété de cryptomonnaies. Les deux cryptomonnaies n’utilisant pas le même procédé de cryptage permet alors d’identifier en partie la provenance comme la destination de l’échange.

Si on peut considérer le système de cryptage de Monero comme intraçable, on peut tout de même en déduire la direction des échanges en se focalisant sur le porte-feuille d’une des parties à la transaction. Pour un anonymat parfait en utilisant Monero, il faut s’assurer que rien dans votre historique d’échange ne puisse vous trahir.