Le monero toujours un train d’avance sur les régulateurs │ Le monero est considéré par de nombreux mineurs comme le remplaçant du bitcoin. C’est une monnaie qui allie son caractère privé à son côté innovant pour faciliter l’anonymat des utilisateurs de cette dernière. Plébiscitée par les entreprises, mais aussi par les usagers qui se pensent souvent au-dessus des lois, cette cryptomonnaie fait toute la différence, car sur les relevés bancaires publics, des informations nécessaires comme les montants envoyés, les noms de l’expéditeur, celui du destinataire ne sont pas présentes, cela est du fait que les chaines dont la monnaie se sert pour assembler relevés sont différentes.

Des régulateurs toujours à la quête de faille

Depuis que les cryptomonnaies existent, les régulateurs n’ont eu de cesse de tout faire pour réduire la confidentialité de ces dernières. Récemment, le ministère américain de la Justice a sorti un livre blanc détaillé nommé, « Cryptocurrency: An Enforcement Framework ». Ce dernier liste parmi les limites pour les programmes et les contrôles de lutte contre le blanchiment d’argent mis en place pour lutter contre le financement lié au terrorisme la mise en place de l’anonymat l’amélioration des cryptomonnaies (AEC) au sein des chaines de blocs que ses dernières soient privées ou non. Cependant, pour certains experts comme Spagni, ex-principal responsable de Monero, il serait préférable pour les régulateurs de réaliser des contrôles aux points d’entrée et de sortie. « Les prestataires de services de paiement et les prestataires de services marchands sont en quelque sorte les points auxquels ils peuvent appliquer une certaine règlementation. Et je pense que c’est faisable », dit Spagni.

Monero en évolution constante

Grâce à son évolution constante, monero serait capable selon les analystes de corriger les bugs que les régulateurs auraient utilisés pour mettre sur pied des programmes de traçabilité. La capacité des cryptomonnaies introuvables à rectifier les différents bugs une fois que ces derniers sont découverts fait de ces monnaies des devises qui sont là pour longtemps.

Lire aussi : Monero améliore la confidentialité

Comme preuve de leur capacité d’adaptation, monero a fait une mise à jour nommée » Oxygen Orion », cette dernière offre nouvelle fonctionnalité de signature en anneau, le CLSAG. Il s’agit d’un groupe anonyme compact qui peut être lié spontanément. Ce groupe va permettre d’abaisser la taille des transactions de 25 %, une amélioration des délais de vérification des transactions de 10 %, sera ainsi observée ainsi qu’un renforcement de la sécurité.

Un besoin qui pousse à l’exploit

Si monero a encore de beau jour devant lui, c’est qu’une solution mondiale même si elle semble idéale est en fait difficile d’atteinte. Selon Spagni, même si un système d’accès contrôlé finissait par voir le jour, il est probable que ce dernier serait tout de même une cible. De plus, selon Robinson d’Elliptic « Les institutions financières traditionnelles sont déjà à l’aise avec les paiements introuvables sous forme d’espèces physiques ». Les crypto-monnaie comme monero doivent donc pour rester confidentielles pour continuer à offrir une protection toujours plus grande aux utilisateurs tout en gardant le côté insaisissable qui fait toute la différence pour les institutions tout comme pour les personnes privées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici